La dette publique à Maurice a atteint MUR 481 milliards. L’endettement des ménages est à MUR 178 milliards, dont MUR 104 milliards rien que pour les prêts-logements.

Les regards seront ainsi braqués sur la Banque de Maurice (BoM) qui aura fort à faire avec une inflation à 11 % et qui continuera d’augmenter. La population, ainsi que les députés de la majorité (qui continuent d’applaudir et de « tape la table » au Parlement), sont encore loin de réaliser que nous sommes devant l’Armageddon. Mais ceux qui sont conscients de la gravité de la situation ne devraient plus rester dans leurs coquilles. Plus on en parle, plus la vérité fera surface et plus la population sera préparée à faire face au pire.

Je vois que certains économistes et autres beaux parleurs ont déjà vendu leurs âmes au diable. On ne les entend plus raisonner ! Il y a certains qui sont prêts à défendre l’indéfendable pour « un fauteuil » et quelques roupies. Monnaie qui, soit dit en passant, a perdu 50 % de sa valeur depuis 2014 et 30% durant les 2 dernières années seulement.

La BoM a tendance à suivre la Banque centrale des États-Unis, aussi appelée Réserve fédérale américaine (Fed), qui a fait clairement comprendre aux financiers qu’elle augmentera le taux d’intérêt en plusieurs occasions en 2022. La dernière en date c’était au début du mois de mai avec 0,50 point de base. Lorsque la FED avait augmenté le taux d’intérêt de 0,25 point, en mars dernier, la BoM avait augmenté le Repo Rate à Maurice par 0,15 point de base. Était-ce une décision appropriée ? Les raisons avancées n’étaient guère justifiables au vu des fondamentaux économiques.

Maurice n’est pas les États-Unis et notre roupie n’est pas le dollar US !

Nos économies ne sont pas comparables. Les États-Unis connaissent une baisse du chômage depuis 2019. Le non-farm payroll est en hausse constante et a atteint son niveau d’avril 2019. En revanche, à Maurice, tous les indicateurs sont dans le rouge. La balance commerciale déficitaire est supérieure à MUR 120 milliards, le chômage est en hausse, l’inflation est à deux chiffres et grimpe en spirale et la dépréciation de la roupie est de 30% en 2 ans et de 50% en 7 ans par rapport au USD,  l’augmentation des coûts pour le peu d’entreprises restantes, démontrent entre autres, que le pays est déjà aux urgences (ICU). Croire le contraire, c’est comme être dans un bateau qui prend l’eau chaque jour et être convaincu qu’il ne va pas couler.

( l’express – 24 mai 2022 )

Toute augmentation des taux d’intérêts à Maurice (le repo rate) aura un impact direct sur le coût de l’argent et plombera la croissance effective ainsi que les dettes des ménages. Avec les pertes d’emploi, cela sera catastrophique pour la population déjà lourdement endettée.

Les États-Unis avaient les moyens de soutenir les ménages vulnérables sur les prêts-logements lors du crash des ‘subprimes’ en 2008, ce qui avait entraîné le monde dans une crise financière planétaire. Est-ce que la BoM et le gouvernement seront capables d’en faire de même ? Les réserves de la BoM ont volé en éclats. Ce qui peut arriver arrivera !

Aujourd’hui, l’on est en train de saigner à mort la population et les entreprises ! On joue avec le feu et on croit que le sinistre ne va pas se reprendre. Cela relève de l’idiotie.

Il faut rester sur ses gardes. Le pire n’est pas derrière, mais devant nous !

Balkrishna Kaunhye
25 mai 2022

Balkrishna Kaunhye

Follow : Balkrishna Kaunhye on

 


* The views and opinions expressed in this article or blog are those of the authors and do not necessarily represent the official policy of Top Fm, and affiliates of the group.

* Les positions et opinions exprimées dans cet article ou ce blog sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la politique officielle de Top Fm et des affiliés du groupe.

 

 

Article précédentOrganisation des courses : si la MTCSL n’a pas sa licence d’ici vendredi, elle ira en administration volontaire !
Article suivantOpération 20 km/h dans la capitale hier : Quatre dirigeants de Linion Pep Morisien dans le viseur de la police