C’est une information diffusée par la Seychelles News Agency. La nouvelle société choisie, une multinationale, va remplacer la Compagnie Générale de Géophysique (CGG), enregistrée en France avec des succursales dans plusieurs régions du monde, dont le contrat a été résilié.

La décision de nommer une nouvelle société a été annoncée mardi à Victoria avant la 22e réunion de la Commission mixte Maurice-Seychelles. La Seychelles News Agency cite Jagdish Koonjul, l’ambassadeur mauricien aux Nations unies, qui affirme que la première société « n’a pas été en mesure de fournir le service réclamé ».

Une fois l’étude terminée et les informations recueillies, Maurice et les Seychelles sauront quelle quantité d’hydrocarbures se trouve dans leurs eaux. Le projet sera financé par le PNUD et des scientifiques seychellois y prendront part.

La zone de gestion conjointe a été mise en place après la signature d’un traité en 2012, grâce auquel les deux nations insulaires ont obtenu des droits sur des fonds marins supplémentaires couvrant plus de 400 000 kilomètres carrés dans l’océan Indien.

Article précédentMotion de blâme : Le discours de Pravind Jugnauth et le summing-up de Xavier-Luc Duval très attendus
Article suivantPour avoir diffusé une image des Chagos qualifiés de territoire britannique : une journaliste et deux vidéastes de la MBC font l’objet d’une enquête interne