AKIL BISSESSUR
AKIL BISSESSUR

Son homme de loi, Ashley Hurhangee, a écrit au patron des Casernes centrales, Anil Kumar Dip, ce vendredi. Dans sa correspondance, il rappelle que l’accusation provisoire retenue contre son client a été rayée le 11 mai dernier devant le tribunal de Rose-Hill. La police reprochait à Akil Bissessur d’avoir fait circuler une bande sonore qui annonçait l’instauration d’un confinement à Maurice.

Ayant été acquitté, Akil Bissessur souhaite désormais poursuivre les policiers impliqués dans son arrestation. D’où sa demande à Anil Kumar Dip de fournir les noms et les rangs des officiers qui l’ont interrogé, les noms des officiers de la Cybercrime Unit qui avaient la responsabilité d’enquêter sur cette affaire, les noms des policiers qui avaient ordonné son arrestation et enfin les noms de deux qui ont procédé à son arrestation.

Akil Bissessur réclame aussi le nom du policier qui avait objecté à sa demande de remise en liberté conditionnelle ainsi les noms de deux qui avaient perquisitionné son domicile.

Finalement, Akil Bissessur veut connaître le nom d’un officier du Bâtiment du Trésor qui avait demandé que sa déposition soit enregistrée. C’est, souligne Me Ashley Hurhangee, ce que le surintendant Sinnan avait déclaré sous serment en cour de Rose-Hill.

Dans la lettre, Ashley Hurhangee dit souhaiter que ces informations lui soient communiquées dans un délai de 7 jours. Au cas contraire, son client va saisir la justice.

Article précédentMeurtre de Manan Fakhoo : Noorudhin Bholah obtient la liberté conditionnelle
Article suivantLe pèlerinage du hajj coûtera dans les Rs 300 000 : « Pourquoi c’est aussi cher ? » demandent la Young Protection Society et le groupe Ahle Sunnat Wal Jamaat