Barlen Vyapoory nommé vice-président du Panel des anciens de la SADC
 Barlen Vyapoory nommé vice-président du Panel des anciens de la SADC

L’ancien vice-président mauricien fait partie des 8 membres de cette instance. Le Panel des anciens et le Groupe de référence pour la médiation, une autre institution nommée par la Southern African Development Authority, qui a pour mission d’aider à la promotion de la stabilité politique et de la sécurité dans la région. Cela, par la prévention et la résolution de conflits interétatiques et intraétatiques.

Les membres des deux instances sont nommés pour quatre ans. Ils sont d’anciens chefs d’État et de gouvernement, d’anciens ministres et des diplomates des pays de la SADC.

La décision de rendre opérationnel le Panel des anciens a été prise en août 2021 lors du 41e sommet des chefs d’État et de gouvernement. C’est le 28 février, au siège de la SADC à Gaborone, que les membres ont reçu leurs lettres de nomination.

L’ancien président de Tanzanie, le Dr JakayaKikwete, préside le Panel des anciens qui, outre BarlenVyapoory, comprend l’ancien ministre zimbabwéen Patrick Chinamasa et le diplomate botswanais Charles Tibone.

Quant au Groupe de référence pour la médiation, il sera présidé par la diplomate zambienne Lucy Mangomba, épaulée de la Tanzanienne HellenLwegasira. Les autres membres sont MolosiwaSelepeng, du Botswana, et le Dr Andrew Hama Mtetwa, du Zimbabwe, tous deux d’anciens diplomates.

Le Panel des anciens et le Groupe de référence pour la médiation doivent rendre des comptes à l’organe sur la politique, la défense et la sécurité, présidé par le président sud-africain Cyril Ramaphosa.

 

Article précédentFin tragique d’un étudiant mauricien au Canada : « Une levée de fonds lancée pour le rapatriement du corps de mon fils au Canada », affirme Steeve DuportailFin tragique d’un étudiant mauricien au Canada : « Une levée de fonds lancée pour le rapatriement du corps de mon fils au Canada », affirme Steeve Duportail
Article suivantUn important promoteur de Chennai arrêté pour fraude et blanchiment : une partie des 5,6 milliards de roupies indiennes détournées a transité par sa société basée dans l’offshore mauricien