Photo d'illustration
Photo d'illustration

Ils choisissent toujours « les leurs » qu’on connaît ici comme « nou bann ».

Grâce aux gens du peuple, « les leurs » sont payés grassement. Ils ont salaires mirobolants, voitures de fonction plus voiture hors tax, motards, voyages, allocations de voyages, maîtresses… même les garde-robes. Bref, ils ont tout grâce à l’argent du peuple.

Mais une fois au pouvoir, ces mêmes gens du peuple sont persécutés par « les leurs ».

Ils sont appauvris et voient les fruits de leurs sacrifices partir en fumée.

Les gens du peuple assistent impuissants et en silence à l’enrichissement des « les leurs » et de l’entourage de ces derniers. Tout cela, grâce aux votes des gens du peuple.

Ceux-ci sont les éternels tondus, les sacrifiés de l’histoire. Certains y laissent même la vie ! D’autres se suicident ! Beaucoup voient leurs enfants et petits-enfants déserter le pays pour chercher un avenir meilleur ailleurs. Cela, alors que « les leurs » leur avaient promis monts et merveilles ! Ils avaient dit qu’ils allaient transformer leurs vies pour le meilleur. Ils avaient juré de faire du pays le futur Singapour et leurs villes les prochains New York ou Manhattan !

Les droits des gens du peuple sont non seulement lésés, mais ceux qui sont censés les protéger se montrent complices de persécutions à leur égard.

Poussés à bout, ils se révoltent et cela va jusqu’à des bains de sang dans certains pays. Ou alors, ils oeuvrent en silence et provoquent, grâce à leurs votes, après bien des années de souffrance, le changement tant attendu pour botter les oppresseurs (ceux-là mêmes qui étaient autrefois « les leurs »), les amuseurs et les dictateurs hors du pouvoir et les remplacer encore une fois par « les leurs ». C’est le renouveau, dit-on alors.

Or, encore une fois les gens du peuple sont trahis.

« Les leurs » confisquent leur droit à la parole.

Ils les anesthésient avec des lois dictatoriales ! Enfin, ils les musèlent !

« Les leurs » volent et dilapident les biens publics obtenus grâce à « la sueur du petit peuple ».

Ils confisquent leurs libertés ! Les mettent sous surveillance !

Leur administrent, contre leur gré, vaccins et autre booster dose !

Manipulent la vérité !

Confisquent leurs données digitales et autres empreintes !

Les gens du peuple sont encore une fois frustrés, dégoûtés, révoltés !

Ils manifestent, ils descendent dans les rues ! Dans certains pays, c’est encore par le feu et dans un bain de sang que cela se termine.

Pourquoi ?

Pour encore une fois remettre « les leurs » au pouvoir !

Pire, des fois avec le pouvoir absolu !

Pourquoi ?

Pour encore une fois être le dindon de la farce ! Certains vont dire pour se faire « baiser » ! (Excusez l’expression).

Le peuple reste et restera l’éternel dindon de la farce !

On dit toujours, et l’histoire de l’humanité est témoin, qu’à chaque fois que le peuple est meurtri et désespéré, et qu’il ne voit pas la lumière au bout du tunnel, la Providence intervient et envoie un libérateur !

Enverra-t-il un libérateur qui, cette fois, va choisir « les leurs » qui amèneront un vrai déluge afin d’épurer la société de ses ripoux et de ses maux pour une reconstruction durable, saine, juste et où il fait bon vivre ?

Le peuple doit comprendre qu’il n’y a jamais eu « nou bannes ». Il n’y en aura jamais ! Le pays a besoin d’un système juste et équitable pour assurer le progrès et permettre que ses fruits soient redistribués de manière objective et rationnelle.

Un système où le pays est un havre d’opportunités et de paix pour ses citoyens avant tout.

22022022 20:22

Balkrishna Kaunhye

Balkrishna Kaunhye

Follow : Balkrishna Kaunhye on

Article précédentDans l’Est du pays : une femme arrêtée pour avoir voler une montre de la marque Rolex
Article suivantCertaines parties du Royaume-Uni sont sous l’eau et sans électricité