Facebook Messenger

Si vous comptiez continuer à prendre des captures d’écran de vos conversations secrètes sur Messenger sans être démasqué, ça ne sera bientôt plus possible. Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, a annoncé, ce jeudi 27 janvier 2022, l’envoi d’une notification lors d’une capture d’écran de messages éphémères. Sans préciser la date de cette mise à jour.

C’est une mise à jour qui pourrait surprendre plus d’un utilisateur de la messagerie en ligne Messenger. Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, qui possède également Messenger, a annoncé jeudi 27 janvier 2022 une nouvelle mise à jour de l’application.

Désormais, il ne vous sera plus possible de prendre des captures d’écrans des messages éphémères sur les conversations dites « secrètes », sans que l’application ne prévienne votre partenaire de discussion.

Pour ses versions secrètes des conversations Messenger, Facebook affirme garantir que les messages échangés sont protégés car cryptés par un chiffrement des données de bout en bout. Mais, désormais, lorsqu’un participant de la discussion choisira d’activer ses messages en mode « éphémère », prendre une capture d’écran dans la plus grande discrétion sera impossible.

Voici, en guise d’exemple, la capture d’écran postée dans l’annonce de cette mise à jour de Mark Zuckerberg sur Facebook, où on y voit un échange avec sa femme Priscilla Chan dans une conversation secrète.

Au moment de la capture d’écran, Messenger inscrit automatiquement un message indiquant le screenshot.

« Nouvelle mise à jour pour les discussions Messenger cryptées de bout en bout afin que vous receviez une notification si quelqu’un fait une capture d’écran d’un message qui disparaît. Nous ajoutons également des GIFs, des autocollants et des réactions aux discussions cryptées », a indiqué le PDG de Facebook et Messenger. Il n’a cependant pas précisé la date de lancement de cette mise à jour.

(Source – Facebook for Developers)

Article précédentAu Kenya : le groupe IBL achète les parts du fonds d’investissement français Amethis au sein de la société Naivas
Article suivantHausse drastique de l’amende pour non-paiement de la redevance de la MBC : l’ACIM demande à Renganaden Padayachy de faire marche arrière