L’ancien Attorney General avait piloté, à l’Assemblée nationale, l’amendement au Code pénal permettant l’interruption de la grossesse dans certains cas spécifiques. C’était en 2012.

YatinVarma affirme que c’était un premier pas, qui n’a pas été simple. Il souligne qu’un bilan s’impose après autant d’années.

Yatin Varma intervenait dans l’émission Zoom Extra jeudi, axée sur les dangers des avortements clandestins.

Article précédentCovid-19 à Rodrigues: ” La décision d’imposer 7 jours de quarantaine au lieu de 14 découle d’une décision purement médicale” affirme Franchette Gaspard Pierre-Louis
Article suivantArrêtée pour avortement illégale : L’avocat Neelkanth Dulloo lance un appel au commissaire de police pour libérer l’habitante de Chebel sous caution