Le 3 décembre dernier, le Cabinet avait donné son aval à la proclamation de la Children’s Act 2020, la Child Sex Offender Register Act 2020 et la Children’s Court Act 2020 le 14 décembre 2021, soit presque une année après le vote à l’Assemblée nationale de ces textes de loi.

Un mois après, cette décision du Cabinet est restée lettre morte et les responsables des abris et les défenseurs des droits des enfants en général sont dans le flou et du côté du ministère de tutelle, c’est le silence radio.

S’il faut certes du temps pour mettre en place les structures, notamment au niveau de la Children’s Court et pour la rédaction et la promulgation des règlements, ce retard inquiète les acteurs du secteur.

Alain Muneean, directeur de Terre de Paix déplore ce retard, mais aussi l’absence de consultation en marge de la préparation de ces règlements qui, souligne-t-il, sont essentiels pour une application efficace de la loi-cadre.

Article précédentÀ Camp le Vieux Rose-Hill hier soir : une maison saccagée par plusieurs individus, un jeune de 17 ans et sa grand-mère ont été blessés
Article suivantMétéo : De la pluie attendue également ce mercredi, et une dépression tropicale en développement dans la région