les pilotes mis hors de cause par une enquête interne d’Air Mauritius
les pilotes mis hors de cause par une enquête interne d’Air Mauritius

Sans le système de sécurité automatique, la catastrophe aurait été inévitable. Dans une réponse à nos confrères de l’express, qui ont révélé la nouvelle en primeur, Air Mauritius confirme qu’un incident s’est produit dans la nuit du 6 janvier 2022 au-dessus de l’espace aérien de Khartoum, au Soudan. La compagnie d’aviation nationale souligne que le minimum d’espacement requis a été réduit entre deux de ses avions, des Airbus A350- 900. Elle souligne que les systèmes d’alerte et d’évitement des appareils ont fonctionné.  Une enquête est en cours, selon Air Mauritius, pour déterminer l’origine et les causes de cette situation.

L’un des deux appareils impliqués opérait le vol MK015 en provenance de Paris et l’autre le vol MK042 en direction de Londres.

Apparemment, le commandant du vol MK042 a demandé à prendre de l’altitude. La tour de contrôle au Soudan a agréé. Ce serait durant la montée, peu après 23 heures, que les deux appareils ont failli se percuter à 38 000 pieds d’altitude.

Mais après que le danger ait été détecté, le pilotage automatique a pris le relais. C’est grâce au Traffic Alert and Collision Avoidance Sytem (TCAS), présent sur les A350, que le drame a pu être évité.

Article précédentCovid-19 : le délai pour se faire vacciner passera à 1 mois pour les anciens patients
Article suivantÉlections à Rodrigues : «Ne laissez personne venir acheter votre conscience et votre vote », lance le père René Young Chen Yin