L’ancien Speaker de l’Assemblée nationale explique que toute loi votée entre en application. Mais il explique qu’il y a deux façons de la contester. Cela, à travers une demande de Judicial Review en invoquant un conflit avec l’application de la loi ou alors, en invoquant qu’elle est en conflit avec la Constitution. Le Parlement, dit-il, n’est pas final.

Avec un brin d’humour, il explique que le parlement peut voter une loi illégale. Cette éventualité est prévue d’ailleurs dans la Constitution. Et ce qu’il faut faire dans pareille situation est aussi prévu. Tout n’est pas fini, dit-il.

Article précédentAmendements à l’IBA ACT : La plateforme citoyenne pour la liberté d’expression compte informer les instances et les médias internationaux
Article suivantPrivé de parole aux débats sur les amendements de la IBA Act : « Une colourable device », soutient Arvin Boolell