Même si jusqu’ici aucun décès n’a été associé au variant Omicron, il continue de se propager à travers la planète. L’Organisation mondiale de la santé a entamé la négociation d’un traité international sur les pandémies. Une réunion exceptionnelle se tient jusqu’à mercredi à Genève. Objectif : créer un instrument international pour mieux prévenir et combattre les pandémies.
Tout en reconnaissant que de nombreuses inconnues demeurent, l’OMS estime que le nouveau variant du Covid-19 présente un “risque très élevé” au niveau mondial. Sa contagiosité est source d’inquiétudes ainsi que le niveau de protection conféré par les vaccins contre le Covid existants. Seul élément rassurant dans ce constat, à ce jour “aucun décès associé” à ce variant n’a été signalé.
“S’il y a une chose que nous avons apprise, c’est qu’aucune région, aucun pays, aucune communauté et aucun individu n’est en sécurité tant que nous ne le sommes pas tous. L’émergence du variant hautement muté Omicron souligne à quel point notre situation est périlleuse et précaire. (…) Omicron démontre pourquoi le monde a besoin d’un nouvel accord sur les pandémies”, a lancé le secrétaire général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.
Aux Etats-Unis, Joe Biden s’est voulu rassurant. “Il y a des raisons d’être préoccupés face à ce nouveau variant, mais pas de raison de paniquer”, a dit le président américain. “Nous avons les meilleurs vaccins du monde, les meilleurs médicaments, les meilleurs scientifiques, et nous en apprenons chaque jour davantage. Nous combattrons ce variant par des actions scientifiques et éclairées et en étant rapide, mais pas dans le chaos et la confusion” a t-il dit.

Article précédentIBA (Amendment) Bill : « Une presse indépendante pour dénoncer des maldonnes… c’est ce dont le pays a besoin », déclare l’activiste Ivann Bibi
Article suivantDes nouvelles mesures pour les passagers arrivant à La Réunion