La nouvelle du nouveau groupe a été annoncée avant-hier après un rapport du gouvernement détaillant 144 observations mystérieuses d’objets volants que les autorités n’ont pas pu identifier. Le Département de la Défense des États-Unis a en effet annoncé la formation d’un nouveau groupe qui enquêtera sur les rapports d’ovnis à proximité de zones militaires sensibles.
Le nouveau groupe de synchronisation de l’identification et de la gestion des objets aéroportés examinera les rapports de phénomènes aériens inexpliqués (UAP) à proximité des installations militaires américaines. UAP est un terme militaire pour les objets volants inexpliqués, ou ovnis.
Le groupe sera supervisé par le sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement, le directeur de l’état-major interarmées et des responsables du bureau du directeur du renseignement national.
La secrétaire adjointe à la Défense, Kathleen Hicks, a déclaré que la présence d’UAP dans des zones militaires sensibles pose un risque potentiel pour la sécurité des équipages et soulève des problèmes de sécurité nationale.
“Les incursions de tout objet aéroporté dans notre SUA (espace aérien à usage spécial) posent des problèmes de sécurité des vols et des opérations, et peuvent poser des problèmes de sécurité nationale”, a déclaré le Pentagone.
L’espace aérien à usage spécial fait référence à l’espace aérien militaire restreint, aux zones d’opérations militaires, aux champs de tir et aux lieux restreints pour la sécurité nationale et d’autres utilisations.
Le nouveau groupe qui succédera au groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés de l’US Navy, s’efforcera de détecter, d’identifier et d’attribuer des objets et d’évaluer et d’atténuer toute menace associée, a déclaré le Pentagone.
L’armée a passé des décennies à détourner, démystifier et discréditer les observations d’objets volants non identifiés et de « soucoupes volantes » datant des années 1940.
Cependant, en juin, la communauté du renseignement américaine a publié un rapport, demandé par le Congrès, qui fournissait la première évaluation non classifiée de l’UAP.
Compilé par le groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés de la Marine, ce rapport n’a pas pu expliquer 144 incidents, notant que 18 d’entre eux semblaient « démontrer une technologie de pointe ».
Le rapport a conclu qu’il existe encore de nombreux cas de PAU que le gouvernement ne peut pas expliquer. Il n’a pas non plus exclu les origines extraterrestres – mais a pris soin de ne pas mentionner explicitement de telles possibilités.
Le groupe de travail UAP sera désormais absorbé dans le groupe nouvellement formé annoncé par le Pentagone.

Article précédentPositive à la Covid-19 : La PPS Tania Diolle en auto-isolement
Article suivantNon-port du masque : Plus de 11 000 personnes verbalisées du 18 août à ce jour