appareil d’angiographie
appareil d’angiographie

Le ministère de la Santé dépense chaque mois une petite fortune pour payer des heures supplémentaires à des cardiologues afin de réduire la durée d’attente des patients nécessitant une angiographie dans les hôpitaux Nehru et Dr Bruno Cheong. Pourquoi, dans ce cas, ne pas doter  ces deux établissements de cet appareil ? La question se pose dans le milieu médical.

L’angiographie, soit l’examen radiologique des vaisseaux sanguins, est indispensable avant beaucoup d’interventions. Elle est effectuée à l’aide d’un appareil qui coûte à peu près Rs 45 millions.

Trois des cinq hôpitaux régionaux de l’île en possèdent un, soit SSR à Pamplemousses, Jeetoo à Port-Louis et Victoria à Candos. Les hôpitaux Dr Bruno Cheong à Flacq et Nehru à Rose-Belle, pourtant dotés de salles cardiaques, ne disposent pas cet appareil.

Chacun de ces établissements hospitaliers compte pourtant au moins 550 patients en attente d’une angiographie. Ainsi, chaque semaine, les hôpitaux SSR, Jeetoo et Victoria procèdent chacun à l’examen de deux patients de l’hôpital Nehru et deux autres de l’hôpital Bruno Cheong. Mais les 6 patients qui quittent la liste d’attente sont rapidement remplacés par d’autres patients. La liste continue donc de s’allonger.

Soulignons que les cardiologues affectés aux hôpitaux Nehru et Dr Bruno Cheong doivent accompagner leurs patients dans les trois autres hôpitaux et assister l’équipe sur place. L’angiographie de ces patients externes est effectuée après les heures normales. Les cardiologues sont donc payés en heures supplémentaires, soit Rs 3 000 par heure. Un montant qui peut s’élever jusqu’à Rs 12 000 par jour.

Alors,pourquoi ne pas doter ces deux hôpitaux d’un appareil d’angiographie ? Certains dans le secteur se posent la question. Ils estiment que si chaque jour, l’angiographie est effectuée sur trois patients, ce qui est le strict minimum, 15 à 18 noms sortiraient de la liste d’attente chaque semaine au lieu de 6.

Sans compter que ce serait plus économique, car il n’y aura nul besoin de payer des heures supplémentaires aux cardiologues et leurs équipes.

Mais cette attente est parfois dramatique : depuis mars 2020, à l’hôpital Nehru, au moins 12 patients en attente d’une angiographie seraient décédés.

 

Article précédentManifestation des pêcheurs vendredi dernier : Sudheer Maudhoo donne la réplique
Article suivantSuite à un rapport de son médecin : l’accusation provisoire d’infraction à l’ICT Act rayée contre Rubina Seetharamdoo