À l’ordre du jour de L’Assemblée nationale demain, le controversé projet de loi sur la cyber sécurité et le cyber crime, qui suscite de nombreuses appréhensions.

Ce projet de loi vise à abroger la Computer Misuse and Cybercrime Act de 2003 et le remplacer par une nouvelle loi prévoyant, selon le gouvernement, davantage de conformité à la Convention de Budapest sur la cybercriminalité.

Si l’Alliance de L’Espoir a déjà annoncé son intention de saisir de la justice pour prouver l’anti constitutionnalité de cette loi au cas de son éventuelle adoption par le gouvernement, Arvind Boolell estime qu’il faut poursuivre le débat certes, mais qu’il faut aussi un comité d’élite pour examiner minutieusement les dispositions de ce projet de loi…

Article précédentCensure du message de Noël du cardinal Piat : Les dirigeants de l’ONG Affirmative Action exigent des excuses de la MBC
Article suivantDans une plainte en cour suprême : Bruneau Laurette réclame des dommages de Rs 25 millions à Ivann Bibi pour diffamation alléguée