Père Grégoire
Père Grégoire

Récemment, lors d’une cérémonie de remise de baux de terres à des sociétés coopératives à Rose-Belle, le père Jocelyn Grégoire a pris la parole et n’a pas hésité de chanter les louanges du Premier ministre, Pravind Jugnauth. Depuis, plusieurs catholiques ont écrit au diocèse pour faire part de leur incompréhension et indignation. Le diocèse a émis un communiqué en ce sens.

Lors de cette cérémonie de contrat de location à des sociétés coopératives, le père Grégoire a tenu un discours qui a duré un quart d’heure. Il n’a notamment pas tari d’éloges à l’égard du Premier ministre. À un certain moment, il a même demandé à Pravind Jugnauth de se mettre debout et a demandé à la foule présente de l’applaudir de même que certaines autres personnes présentes à l’occasion.

Le père Grégoire a même affirmé, à un autre moment, que Pravind Jugnauth a démontré qu’il est un Premier ministre pour tous les Mauriciens.

Dans un communiqué émis ce matin, le diocèse rappelle que plusieurs prêtres se sont engagés dans les combats sociaux au nom de leur foi, comme le père Mongelard dans le logement ou encore les pères Véder et Fabien contre la discrimination. Et que Jocelyn Grégoire, à sa manière, s’est engagé pour que les créoles soient reconnus comme des citoyens à part entière dans la société mauricienne.

Toutefois, le père Labour prévient que tout en défendant ou soutenant une cause, un prêtre ne doit pas soutenir ou faire l’apologie d’un politicien. Le vicaire général avance aussi que les prêtres de l’église catholique ne doivent jamais faire de politique active. Il ajoute même que tout rapprochement partisan avec un groupe politique doit être évité pour rester libre et conserver sa capacité d’être critique de façon constructive.

Dans des propos lourds de sens, le père Labour révèle que la hiérarchie de l’église a eu l’occasion à plusieurs reprises de le dire à Jocelyn Grégoire à qui elle demande de prendre ses responsabilités !

Article précédentDécès en auto-isolement : ‘si une personne est testée positive puis renvoyée à la maison et décède, c’est une négligence médicale’, avance Kailesh Jagutpal
Article suivantCovid 19 : deux hommes de 32 et 34 ans décèdent en auto isolement