Un ancien responsable des renseignements saoudiens a qualifié Mohammed ben Salmane de “psychopathe”, et affirmé que le prince héritier saoudien est un psychopathe sans empathie, ne ressentant aucune émotion, n’a jamais appris de son expérience. ‘Et nous avons été témoins d’atrocités et de crimes commis par ce tueur’, dit Saad Aljabri, l’ex-numéro deux du renseignement saoudien jusqu’à ce que, dit-il, Mohammed ben Salmane l’expulse. Aujourd’hui, MBS est le prince héritier d’Arabie saoudite et Aljabri est en exil. Aljabri pense que le prince héritier veut sa mort à cause de ce qu’il sait.
Une grande partie du monde a été horrifiée lorsque l’Arabie saoudite a envoyé une escouade en Turquie pour assassiner le chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi.
Lors d’une interview télévisée, Saad Aljabri a déclaré : ‘Je suis ici pour tirer la sonnette d’alarme sur un psychopathe, tueur, au Moyen-Orient aux ressources infinies, qui constitue une menace pour son peuple, les Américains et la planète’.
Saad a 62 ans, est marié et a huit enfants. Il a commencé comme policier, mais s’est hissé au sommet du renseignement saoudien et a obtenu un doctorat dans la science de l’intelligence artificielle.
Mais en 2017, Saad s’est retrouvé du mauvais côté du coup d’État du prince Mohammed. Le prince déchu Nayef était le patron de Saad. Saad s’est enfui au Canada où il reste et refuse de revenir. Maintenant, le prince Mohammed fait payer la famille de Saad. Le jour même du coup d’État, deux de ses enfants ont été empêchés de quitter le royaume.
Sa fille, Sarah, et son fils, Omar, prévoyaient tous deux d’aller dans des universités américaines. Ils sont maintenant dans les prisons saoudiennes. Ensuite, selon la famille, le prince Mohammed a ciblé le gendre de Saad. Ils affirment que le gendre a été kidnappé dans un pays tiers et renvoyé dans le royaume.
‘ La première nuit où il a été kidnappé, il a reçu plus d’une centaine de coups de fouet. Il a été torturé. Il a reçu des coups dans le dos, sur les jambes’ affirme Khalid Aljabri.

Article précédentLors du Lors du lancement d’Afrinex Echange : « Je suis confiant que Maurice sortira bientôt de la liste noire de l’Union européenne », affirme Pravind Jugnauth
Article suivantOffre obligatoire pour le rachat des actions d’Air Mauritius : « Peu importe les conséquences, nous ne vendrons pas », lancent les dirigeants de la Listed Companies Minority Shareholders Association