Poursuites judiciaires privées de Suren Dayal
Poursuites judiciaires privées de Suren Dayal

Ce matin, le candidat battu au No 8 a juré un affidavit pour, à son tour, réclamer le rejet de l’application de Pravind Jugnauth.

Pravind Jugnauth réclame que la Private Prosecution initiée contre lui par Suren Dayal, qui l’accuse d’avoir juré un faux affidavit, soit déclarée illégale et soit rejetée.

Le Premier ministre réclame aussi qu’en attendant que la cour suprême tranche cette première demande, un ordre de gel des procédures soit émis. L’affaire devait être appelée ce matin devant le chef juge. Mais Asraf Caunhye étant absent, elle a été reportée à demain, mardi, à 10h45.

Mais ce lundi, Suren Dayal a répliqué par le biais d’un affidavit. Il affirme que l’application du Premier ministre ne tombe pas sous la juridiction de contrôle du tribunal sous la section 82 de la Constitution. Il soutient que l’application de Pravind Jugnauth relève d’un abus grossier des procédures car l’objectif est de court-circuiter le DPP et l’empêcher d’exercer ses pouvoirs sous la section 72 de la Constitution.

Il affirme enfin que le Commissaire électoral a été inclus comme partie prenante à l’affaire alors qu’il est cité comme témoin par Suren Dayal alors que le DPP n’a « délibérément » pas été cité comme partie prenante.

Dans son affidavit, Suren Dayal souligne que le DPP, dans une lettre datée du 21 octobre, a demandé à Me Antoine Domingue, son avocat, de lui faire parvenir tous les éléments en leur possession afin que son bureau puisse se prononcer sur la Private Prosecution.

Il évoque aussi l’action d’Ashok Subron concernant les Kistnen Papers.

Pour Suren Dayal, l’application de Pravind Jugnauth devrait être rejetée.

 

Article précédentPétition électorale d’Adrien Duval : « Toutes les procédures ont été respectées lors du dépouillement dans la circonscription no 17 », affirme le Returning Offier Sharma Ramphul
Article suivantÀ Yellowstone, le plus grand geyser du monde en éruption