Le jugement de l’affaire de la sextape pour laquelle l’attaquant de l’équipe de France est accusé de complicité de tentative de chantage sur Mathieu Valbuena a pris fin, hier, vendredi. Le procureur a requis 10 mois de prison avec sursis contre Benzema.
Karim Benzema va devoir encore patienter. Le tribunal correctionnel de Versailles a décidé hier, vendredi de renvoyer au 24 novembre son verdict concernant l’affaire de la sextape pour laquelle l’attaquant des Bleus est accusé de complicité de tentative de chantage.
Depuis mercredi, le tribunal correctionnel de Versailles cherche à clarifier le rôle de l’actuel numéro 19 de l’équipe de France dans le chantage qu’a subi l’ancien milieu offensif de l’OM en 2015. Lors d’un rassemblement des Bleus à Clairefontaine en octobre 2015, Benzema avait proposé à Valbuena de l’aider à régler cette affaire de chantage en l’invitant à joindre l’un de ses meilleurs amis d’enfance, Karim Zenati.
Jeudi, le parquet avait requis dix mois de prison avec sursis et 75 000 euros d’amende contre le numéro 19 des Bleus. «Benzema n’est pas un bon samaritain venu porter secours, il a agi pour permettre aux négociateurs d’en venir à leurs fins et aux maîtres chanteurs de toucher de l’argent», a estimé lors de son réquisitoire la procureure Ségolène Marès, qui a notamment pointé l’«autorité et la notoriété en équipe de France» de l’ancien attaquant de l’Olympique lyonnais.
Concernant les autres prévenus, le procureur a réclamé 4 ans de prison et 15 000 euros d’amende contre Mustapha Zouaoui, considéré comme le «cordon ombilical» de l’affaire, 18 mois de prison et 15 000 euros d’amende contre Axel Angot qui a trouvé la vidéo et l’a conservée en vue d’une utilisation ultérieure, et 18 mois avec sursis et 5 000 euros d’amende contre l’intermédiaire Younès Houass. Enfin, le parquet a requis 2 ans de prison et 5 000 euros d’amende contre Karim Zenati.
Hier matin, lors du dernier jour du procès, l’avocat de Karim Benzema, Antoine Vey, a dénoncé une «enquête à charge» contre la star du Real Madrid. Le dossier a été construit sur le «ressenti» de la victime présumée, Mathieu Valbuena, a-t-il argué lors de sa plaidoirie, dénonçant les «hypothèses et les spéculations» avancées par l’accusation. Et d’ajouter : «On peut se demander ce qui intéresse vraiment les Français dans cette affaire. Le sexe ? L’argent ? Le football ? Pas la chose judiciaire en tout cas.»

Article précédentÉpidémie de salmonelle provoquée par des oignons aux États-Unis et au Canada
Article suivantBulletin prévision pour Maurice de ce samedi 23 octobre 2021