12 millions de documents, qualifiés de Offshore Data tsunami par le Consortium international des journalistes d’investigations est venu ébranler 330 politiciens, 130 milliardaires, des célébrités, escrocs, trafiquants de drogue, membres des familles royales, et aussi des leaders de groupe religieux à travers le monde. Maurice et des personnalités mauriciennes sont cités dans ces documents.

Ce sujet a été abordé dans l’émission Tempo la So hier. L’express a cité Jaye Jhingree, un financier proche du MSM et Sattar Hajee Abdoula.

Pour Axcel Chenney, journaliste à l’express, qui a travaillé sur les Pandora Papers, le fait que ces personnes utilisent des structures à l’étranger alors que Maurice se présente comme un centre financier qui se respecte démontre une complexité. Il réclame de la transparence.

Pour Neel Madhun, consultant sur les crimes financiers, fraude et blanchiment d’argent, les Pandora Papers constituent un vrai eyeopener. Il parle d’un système qui est peut-être légal, mais pas éthique.

Article précédentÀ Tranquebar : un policier agressé par un bouncer alors qu’il intervenait dans un cas de séquestration
Article suivant19 ans de l’autonomie de Rodrigues: Des changements à la Rodrigues Regional Assembly Act réclamés