L’ancien chef de la police religieuse des talibans a déclaré que les punitions extrêmes telles que les exécutions et les amputations reprendraient en Afghanistan.
En effet, le mollah Nooruddin Turabi, désormais responsable des prisons, a déclaré à AP News que les amputations étaient “nécessaires pour la sécurité”.
Il a ajouté que ces punitions ne pouvaient pas être infligées en public, comme elles l’étaient sous le précédent régime taliban dans les années 1990.
Mais il a rejeté l’indignation suscitée par leurs exécutions publiques passées : “Personne ne nous dira quelles devraient être nos lois.”
Depuis qu’ils ont pris le pouvoir en Afghanistan le 15 août, les talibans ont promis une forme de gouvernement plus douce que lors de leur précédent mandat.
Mais il y a eu depuis plusieurs rapports de violations des droits humains perpétrées à travers le pays.
Hier, jeudi, Human Rights Watch a averti que les talibans à Herat « recherchaient des femmes de premier plan, refusaient aux femmes la liberté de mouvement en dehors de leur domicile [et] imposaient des codes vestimentaires obligatoires ».
Et en août, Amnesty International a déclaré que des combattants talibans étaient à l’origine du massacre de neuf membres de la minorité persécutée hazara.
La secrétaire générale d’Amnesty, Agnès Callamard, a déclaré à l’époque que la « brutalité de sang-froid » des meurtres était « un rappel du passé des talibans et un indicateur horrible de ce que le régime taliban peut apporter ».
Quelques jours avant que les talibans ne prennent le contrôle de Kaboul, un juge taliban à Balkh, Haji Badruddin, a déclaré à Secunder Kermani de la BBC qu’il soutenait l’interprétation dure et littérale du groupe de la loi religieuse islamique.
“Dans notre charia, c’est clair, pour ceux qui ont des relations sexuelles et qui ne sont pas mariés, que ce soit une fille ou un garçon, la punition est de 100 coups de fouet en public”, a déclaré Badruddin. “Mais pour tous ceux qui sont mariés, ils doivent être lapidés à mort… Pour ceux qui volent : si c’est prouvé, alors il faut lui couper la main.”
Ces points de vue purs et durs sont en accord avec certains Afghans ultra-conservateurs.
Cependant, le groupe équilibre maintenant ce désir de faire appel à leur base conservatrice avec un besoin de nouer des liens avec la communauté internationale – et depuis leur arrivée au pouvoir, les talibans ont essayé de présenter une image plus sobre d’eux-mêmes.
Turabi, connu pour ses punitions sévères pour les personnes surprises en train d’écouter de la musique non religieuse ou de se tailler la barbe dans les années 1990, a déclaré à AP que bien que les formes sévères de punition continueraient, le groupe autoriserait désormais les télévisions, les téléphones portables, les photos et les vidéos.
Turabi – qui figure sur une liste de sanctions de l’ONU pour ses actions passées – a déclaré que les ministres du cabinet des talibans discutaient maintenant de la question de savoir si les sanctions devraient ou non être publiques et qu’ils “développeraient une politique”.
Dans les années 1990, les exécutions avaient lieu en public dans le stade de sport de Kaboul ou sur le vaste terrain de la mosquée Eid Gah.
À l’époque, Turabi était ministre de la Justice et chef du ministère de la Propagation de la vertu et de la Prévention du vice – la police religieuse des talibans.
“Tout le monde nous a critiqués pour les punitions dans le stade, mais nous n’avons jamais rien dit sur leurs lois et leurs punitions”, a-t-il déclaré dans la dernière interview.
Plus tôt cette semaine, les talibans ont également demandé à prendre la parole à l’Assemblée générale des Nations Unies, qui se tient à New York.
Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré que s’il était important de communiquer avec les talibans, “l’Assemblée générale des Nations Unies n’est pas le lieu approprié pour cela”.
Les États-Unis, qui siègent au comité d’accréditation, ont également déclaré qu’ils ne prendraient pas de décision avant la fin du sommet la semaine prochaine.
Sources : BBC et WION

Article précédentAux Assises hier : James Jonathan Ramasawmy, le meurtrier de la petite Eleana Gentil plaide coupable
Article suivantVaccination obligatoire dans certains cas : les demandes de révision judiciaire de Joseph Marion et de Deenarain Lokee rejetées par la cour suprême