Ils déplorent le fait de n’avoir pas été inclus dans la première phase de réouverture des frontières. Insatisfaits du protocole établi, ces taximen ont initié un mouvement de protestation depuis le 15 juillet.

Girish Dev Ramgoolam, PRO de la General Taxi Owners’ Union, affirme que l’allocation de Rs 5 100 est insuffisante pour subvenir aux besoins d’une famille.

Il ajoute qu’une grève de la faim sera envisagée si l’impasse demeure

Un autre taximan soutient que ses collègues et lui sont forcés de poursuivre leur action en raison de la position adoptée par les autorités.