© Apple

Au sein de l’Université de San Diego en Californie, des chercheurs ont imaginé une technologie surprenante, mais qui pourrait être relativement utile. En effet, ce processus permet de convertir notre sueur en énergie afin d’alimenter une montre connectée, ou encore des écouteurs sans fil. Cette découverte s’inscrit dans une longue phase de recherches sur les biocarburants.

Pour faire simple, ce dispositif parvient à récupérer les minuscules gouttes de transpiration du bout des doigts pour en faire de l’électricité. De bandelettes spécialement conçues à cet effet ont été positionnées sur les doigts de plusieurs testeurs pendant leur sommeil.

Une technologie prometteuse

Joseph Wang, professeur de nanoingénierie en charge du projet, a déclaré : “Nous envisageons que cela puisse être utilisé dans toute activité quotidienne impliquant le toucher, des choses qu’une personne ferait normalement n’importe quoi au travail, à la maison, en regardant la télévision ou en mangeant”. À ce jour, le projet est encore loin d’être abouti puisqu’il faudrait 10 000 heures pour charger un seul AirPod.

Toutefois, une telle technologie pourrait un jour permettre de recharger une Apple Watch simplement en tapant sur un clavier ou en jouant à la console. À noter également que les chercheurs ont principalement axé leurs recherches sur les accessoires dédiés à la santé. Une fonctionnalité qui dans quelques années pourrait être directement embarquée au sein des montres connectées comme l’Apple Watch, mais pas seulement.

Le 11 août prochain, Samsung va présenter une toute nouvelle génération de montres connectées avec la Galaxy Watch 4. Cette montre devrait profiter d’une nouvelle version de Wear OS développée par Samsung et Google. Un tout nouveau système d’exploitation qui dispose d’une multitude d’avantages qui pourraient venir inquiéter la firme de Cupertino.

(Source – Phonerama.com)