Malgré les décès de 10 patients sous dialyse à l’hôpital de Souillac ou en centre de quarantaine, le Dr Kailesh Jagutpal reste intransigeant. Le ministre de la Santé affirme qu’il n’y aura pas d’enquête indépendante. Mais l’association des patients sous dialyse ne l’entend pas de cette oreille et affirme qu’il y a eu plusieurs lacunes qui ont pu coûter la vie à certains lors de la prise en charge.

Au niveau de la nourriture notamment, des mets pas appropriés ont été servis au début, s’insurge Bose Soonarane, le président de l’association des patients sous dialyse.

L’association est en contact permanent avec les patients à l’hôpital de Souillac et au centre de quarantaine de Tamassa.

Certains ont failli commettre l’irréparable, fustige Bose Soonarane. Même au niveau d’un suivi psychologique, il y avait des lacunes, affirme-t-il.

S’il n’y pas une enquête pour faire la lumière sur ces décès, l’association des patients sous dialyse étudie sérieusement l’option d’entrer une action en justice.