Photo D'illustration

Le thème de la désinformation est très présent dans le débat public ces derniers temps. Il faut dire que les fausses nouvelles en ligne peuvent parfois avoir des conséquences tragiques et selon une étude récente, près de 6000 personnes dans le monde ont été hospitalisées dans les premiers mois de la pandémie suite à la consultation de fake news. Certains accidents seraient liées à la consommation de produits de nettoyage qui étaient présentées comme un possible remède contre le virus…

Ce sujet fait l’objet de nombreuses recherches universitaires et les scientifiques tentent de mieux comprendre ce phénomène et d’y apporter des solutions. C’est le cas de ces chercheurs de l’Université d’Uppsala en Suède qui ont développé un test baptisé News Evaluator, qui forme les utilisateurs à évaluer les informations, images et vidéos présentes sur les réseaux sociaux. Cet outil a été testé dans le cadre d’une étude et a confirmé l’hypothèse selon laquelle il pouvait améliorer la pensée critique des étudiants aux sources numériques.

Un outil gratuit et accessible à tous
Thomas Nygren, un des initiateurs de ce projet, explique :

Je suis surpris de la complexité de développer ce type d’outil contre les informations trompeuses – qui soit utilisable à grande échelle. Évidemment, évaluer de manière critique les sources numériques est compliqué. Nous avons travaillé sur plusieurs des conceptions et des tests, avec des expériences majeures en milieu scolaire, pendant des années. Maintenant, nous avons enfin un outil qui fonctionne. Il est accessible sur notre site web afin que tout le monde puisse se tester gratuitement.

Le portail fournit des conseils pratiques, tels qu’ouvrir un onglet de recherche, effectuer des recherches d’images inversées, et ne pas toujours se contenter de la première réponse fournie. Il convient par ailleurs de vérifier qu’une information provient de sources fiables qui vérifient systématiquement les faits rapportés.

En octobre dernier, nous évoquions le jeu « Go viral ! », initié par des chercheurs de l’Université de Cambridge en collaboration avec le gouvernement britannique et des journalistes. Disponible en Anglais, en Allemand, et en Français, il nous place dans la peau d’un diffuseur de fausses informations qui cherche à populariser sa fake news sur les réseaux sociaux. L’occasion de mieux comprendre les mécanismes à l’œuvre pour mieux les contrer.

(Source – Eurekalert.com)