Après l’huile récemment, voilà le riz, plus précisément le basmati, qui coûtera plus cher aux consommateurs dès le mois prochain. Selon Jayen Chellum, secrétaire générale de l’Association des consommateurs de l’île Maurice, il serait temps que le gouvernement pense à fixer les prix de certains produits essentiels en raison de l’escalade dans la hausse des prix de certains produits.

Concernant le riz Basmati, vu la quantité de marques qui inonde le marché, il faut, dit-il, imposer des normes.