C’est ce que révèle le dernier national drug observatory report de 2019. Dans ce document, il est clairement indiqué que la drogue synthétique en termes de vente est de 48% suivie de l’héroïne à 17%.

Pour Kunal Naick, directeur des plaidoyers chez l’association PILLS, il est important de connaître le profil de ces dealers qui se lancent dans la vente de la drogue synthétique. Selon lui, avec ces données les travailleurs sociaux pourraient venir en aide à ces personnes.

Des dealers qui parfois viennent des milieux ou des quartiers pauvres. C’était hier dans le Hardtalk sur TopFm.