Une commission d’enquête sur le scandale des anciennes « maisons mères-enfant » pour mères célibataires en Irlande a mis en évidence 9 000 décès dans ces établissements tenus pendant des décennies par l’État et des religieuses.

Le Premier ministre Micheal Martin a annoncé hier qu’il présenterait les « excuses » de l’État irlandais dans cette affaire.

Tenues par des religieuses avec l’État irlandais, ces maisons accueillaient jeunes filles et jeunes femmes rejetées par leurs familles. Considérés comme illégitimes, les enfants qui y naissaient étaient souvent séparés de leur mère pour ensuite être adoptés, rompant tout lien avec leur famille biologique.

La commission, qui a rendu son rapport hier, mardi 12 janvier,  avait été mise sur pied pour faire la lumière sur le haut niveau de mortalité des enfants dans ces anciennes institutions de la très catholique Irlande entre 1922 et 1998.