La demande de révision judiciaire de l’activiste a été appelée devant le chef juge Asraf Caunhye ce matin.

Les parties visées à savoir, le Directeur des poursuites publiques, la magistrate Yashoda Gopaul, les ministres Sudheer Maudhoo et Kavi Ramano, le Director of Shipping Alain Donat, le capitaine du Wakashio, le DCP Hemant Jangi, le commissaire de police et l’État ont indiqué à la cour qu’elles allaient résister à la demande de Bruneau Laurette.

L’affaire sera une nouvelle fois appelée devant le chef juge le 8 février prochain.

Article précédentKistnen Papers : ‘les élections générales sont corronpues de plus en plus par l’argent’, déplore Ashok Subron après avoir officiellement réclamé une enquête auprès du commissaire électoral
Article suivantPour démarer la semaine du bon pied