Les travaux pour enlever la partie arrière du navire des récifs du sud-est ne débuteront pas avant la fin du mois de janvier. Du coup, l’interdiction d’avoir accès à la plage de Pointe d’Esny qui devait être imposée à partir de 8 janvier a été repoussée à une date ultérieure.

Les autorités mauriciennes s’activent pour faire enlever la partie arrière du Wakashio. 26 membres de deux compagnies de renflouage sont déjà à Maurice dans le cadre de cette opération qui s’annonce compliquée.

À ce jour, deux remorqueurs sont déjà à Maurice. Le premier est le Magnanimous, battant pavillon mongolien. Il est arrivé de la Malaisie et a été construit en 2003. Il est à Port-Louis depuis quelques jours déjà.

Puis, il y a le remorqueur Independence qui a été construit en 2005 et qui est arrivé du port de Singapour.

Tous deux sont accompagnés d’une barge.

Mais les autorités mauriciennes ainsi que les experts attendent aussi l’arrivée d’un navire-grue de 2 tonnes. Il devrait être à Maurice dans un délai maximal de 22 jours. Ce n’est qu’à ce moment que débuteront les travaux de démantèlement de la poupe du Wakashio. Une fois cet exercice terminé, l’épave sera tirée vers Port-Louis pour être nettoyée et décontaminée.

Il sera ensuite remis à une fonderie mauricienne.

À noter que le coût de toute cette opération est pris en charge par le propriétaire du Wakashio ainsi que les assureurs.

 

Article précédentAffaire Kistnen : le panel d’avocat fait un appel au Premier ministre pour qu’il demande à Yogida Sawmynaden de démissionner
Article suivantMauvaise performance des élèves au second trimestre : les syndicats du secteur de l’éducation tirent la sonnette d’alarme