JOSIE LEBRASSE - FAITS ET EFFETS
JOSIE LEBRASSE - FAITS ET EFFETS

Après trois ans, trois mois… Non, ce n’est pas le fameux tube des années 1970 du couple Marie-Josée et Roger Clency qui mettait en lumière une sorte d’aliénation que subissaient certains Mauriciens après un passage en Grande- Bretagne et qui changeaient d’accent et adoptaient un parler très british après y avoir séjourné pendant quelque temps.

Mais c’est pourtant ce que nous a inspiré l’événement du Black Friday du 27 novembre: la rencontre du Premier ministre avec la presse pour enfin s’expliquer sur l’affaire Angus Road, après que la première salve sur cette affaire avait été lancée par Roshi Bhadain depuis le 7 août à Rose-Belle. Et alors que beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et qu’elle s’est déversée sur l’adresse devenue désormais célèbre de Vacoas.

Le Premier ministre a donné sa version des faits et a annoncé des poursuites contre ses détracteurs dans lesquelles il a inclus notre confrère L’Express.

Libre à lui, comme tous les citoyens de ce pays de recourir aux tribunaux pour obtenir réparation, mais aussi et surtout pour que plus rien ne soit, dans l’immédiat, écrit sur cette affaire.

Une action en Cour a aussi l’avantage de faire barrage à toute question parlementaire sur le sujet d’Angus Road qui a occupé toutes les PNQ’s depuis la reprise des travaux parlementaires le 3 novembre. Cette stratégie est un grand classique. Pravind Jugnauth est, de toute façon, le champion des actions judiciaires en tous genres.

Du procès Sun Trust, qui a permis aux trustees d’empocher la coquette somme de Rs 43 millions, aux menaces faites en marge de l’affaire Angus Road, la liste des actions judiciaires entamées par le leader du MSM est innombrable. C’est sa manière de réagir au lieu de jouer cartes sur table et de réfuter dans l’heure qui suit une insinuation, une allégation ou une accusation.

Sir Seewooagur Ramgoolam, son fils Navin, Sir Anerood Jugnauth et encore moins Sir Gaëtan Duval, Paul Bérenger ou Xavier Duval n’ont que très rarement intenté des procès contre leurs détracteurs ou la presse. Autres temps, autres mœurs. Ce que ces leaders politiques faisaient généralement, c’est appeler le rédacteur en chef ou la rédaction, solliciter un droit de réponse ou rédiger une mise au point et l’affaire était, souvent, classée. Ces leaders-là préféraient faire confiance au bon sens général et au tribunal populaire, celui de l’opinion publique, plutôt que les officines judiciaires.

Le Premier ministre doit, dès demain comme annoncé, enclencher une procédure qui s’apparente à un Gagging Order sur tout ce qui touche à Angus Road, mais il doit quand même répondre et produire des documents en cour pour se défendre. On ne peut qu’espérer que ces procès ne connaissent pas le même sort que les pétitions électorales et qu’ils ne traîneront pas indéfiniment.

Cela dit, le Premier ministre devrait profiter du temps de répit qu’il s’est accordé entre deux comparutions devant les tribunaux pour s’attaquer à quelques dossiers urgents. Comme celui du terrible drame qui s’est produit mardi à Bo’Vallon. Si les criminels qui ont ôté la vie à cette jeune policière doivent être sévèrement punis, il apparaît aussi urgent de se pencher sur la qualité et l’efficacité des opérations de la brigade antidrogue. Pourquoi avoir rappelé un officier en congé ? L’ADSU serait-elle en sous-effectifs ? Ces questions doivent être très vite clarifiées.

JOSIE LEBRASSE

(Article paru dans l’hebdomadaire Weekend du 29 novembre 2020)


* The views and opinions expressed in this article or blog are those of the authors and do not necessarily represent the official policy of Top Fm, and affiliates of the group.

* Les positions et opinions exprimées dans cet article ou ce blog sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement la politique officielle de Top Fm et des affiliés du groupe.