La Cour suprême britannique examine à partir de ce lundi 23 novembre le cas de Shamima Begum, fiancée de l’Etat islamique,  pour décider définitivement si cette jeune femme qui avait rejoint le groupe djihadiste Etat islamique en Syrie pourra ou non revenir au Royaume-Uni pour y contester la déchéance de sa nationalité.

Aujourd’hui âgée de 21 ans, Shamima Begum était partie adolescente en Syrie en 2015 avec deux camarades de classe. Elle s’était mariée à 15 ans avec un partisan de l’EI d’origine néerlandaise, de huit ans son aîné. Les autorités britanniques l’ont déchue de sa nationalité en février 2019, invoquant des raisons de sécurité et estimant qu’elle était en droit de demander un autre passeport, étant une Britannique d’origine bangladaise. Mais le Bangladesh avait indiqué qu’elle n’avait jamais demandé la nationalité et a refusé de l’accueillir.

Engagée dans une bataille judiciaire, la jeune femme avait obtenu mi-juillet une victoire d’étape, la Cour d’appel britannique ayant estimé que revenir au Royaume-Uni constituait pour elle la seule « manière juste et équitable » de contester la décision des autorités de la priver de sa nationalité britannique. Voir notre vidéo.

Victoire de courte durée, car le gouvernement avait obtenu deux semaines plus tard l’autorisation de faire appel contre cette décision.

L’ex-ministre de l’Intérieur, Sajid Javid, qui avait pris la décision de déchoir la jeune femme de sa nationalité, avait affirmé que son retour « créerait un risque pour la sécurité nationale ».