La justice dominicaine qui avait déclaré coupable Liana Guillon, originaire de Pontoise (Val-d’Oise), et vient de la condamnée à vivre plus d’une année encore à près de 8500 kilomètres de son mari et de ses enfants. «Liana Guillon avait sacrifié près d’une année de sa liberté pour pouvoir prouver son innocence, qui lui est une fois de plus refusée aujourd’hui», a regretté l’un de ses avocats, Me Philippe Valent.

Les faits remontent au mois d’avril 2012, Liana Guillon avait été interpellée avec son mari et leur bébé à l’aéroport de Puerto Plata (nord), alors qu’ils s’apprêtaient à monter dans l’avion qui devait les ramener à Paris, après avoir passé leur lune de miel en République dominicaine. Dans leur bagage de cabine se trouvaient 11 kilos de cocaïne, selon les autorités dominicaines. Le couple, qui dit avoir laissé ses bagages à l’hôtel dans une consigne non fermée et sans surveillance, nie les faits, affirmant avoir été «piégé» par des trafiquants.

Liana sera condamné à huit ans de prison.