Le logiciel électoral Dominion aurait, selon Donald Trump, effacé ou réattribué à Joe Biden des millions de votes destinés au président républicain.

 

Pour la première fois depuis l’élection de Joe Biden, Donald Trump a évoqué dimanche la victoire de son adversaire tout en maintenant ses accusations de fraude. Or, le même jour, le président américain et son camp ont commencé à s’appuyer sur un nouvel angle d’attaque pour dénoncer le “vol” de la présidentielle américaine : le logiciel électoral Dominion aurait effacé ou réattribué à son rival des millions de votes destinés au président.

Dominion Voting Systems est une entreprise canadienne fondée en 2003 et dont le siège social américain se trouve à Denver, dans l’État du Colorado. Spécialisée dans les technologies électorales, elle fournit à des autorités locales les machines et le logiciel associé que de nombreux Américains utilisent pour voter.

L’entreprise Dominion Voting Systems s’est défendue dans un communiqué de toute défaillance de son logiciel. Elle évoque des “erreurs humaines” dans le traitement des données de “certains comtés”, notamment du Michigan, mais assure que ces incidents isolés ont été rapidement réglés. Comme le précise le New York Times, en Géorgie, dans trois comtés différents, le logiciel a connu des défaillances. Mais seul le comptage des voix a été retardé, il n’y a pas eu d’incidence sur le nombre de votes comptabilisés.

Plusieurs autorités électorales locales et nationales, dont l’agence de cybersécurité et de sécurité des infrastructures (CISA), qui dépend du ministère de la Sécurité intérieure, ont par ailleurs écarté jeudi la possibilité d’une manipulation des votes sur machines. “Il n’existe aucune preuve d’un système électoral ayant effacé, perdu ou changé des votes, ou ayant été piraté de quelque façon que ce soit”, ont-elles affirmé dans un communiqué commun. “L’élection du 3 novembre a été la plus sûre de l’histoire des États-Unis”.