L’activiste social voulait tenir une marche pacifique dans la circonscription du Premier ministre le 7 novembre, soit un an jour pour jour depuis les dernières élections.

Toutefois, sa demande a été refusée par la police, qui soutient que le pays sera en pleins préparatifs pour la fête Divali et qu’une telle action pourrait déranger les habitants.

Contacté, Bruneau Laurette affirme qu’il n’avait pas l’intention, dans un premier temps, de contester la décision de la police.

Mais l’annonce de la tenue des élections villageoises vient changer la donne. Le spécialiste en sécurité maritime se demande comment une marche aurait pu déranger les habitants dans le cadre des préparatifs et pas des élections villageoises où des candidats seront en campagne et animeront des réunions ou feront du porte-à-porte.