Habib Mosaheb
Habib Mosaheb

Il est évident que le mouvement citoyen progresse rapidement, il a réuni de grosses foules à Port-Louis et à Mahébourg, alors que les artistes solidaires ont eu une très bonne assistance samedi à Petite Rivière Noire.

Sans vouloir diminuer les mérites de qui que ce soit, je vous rappelle qu’il est relativement facile de surfer sur la colère et la frustration populaires. Le mouvement citoyen en a été le catalyseur, le détonateur… autour des revendications fédératrices. Mais il est plus difficile quand il s’agit de faire des propositions, de présenter un programme, un projet, capables de réaliser les rêves de tout un peuple, même nos rêves les plus fous !

Comment allez-vous régler le problème de chômage, par exemple, alors que les licenciements se multiplient ? Comment allez-vous créer de nouveaux créneaux économiques, tout en soutenant les secteurs traditionnels ? Comment allez-vous exploiter de façon judicieuse notre Zone économique exclusive de presque 3 millions de km2 ? Assurer la sécurité alimentaire de la population ;
améliorer notre système d’éducation et les soins de santé publique ;
régler le problème de logement

Comment aller vous combattre le fléau de la drogue ? La pauvreté et l’exclusion ? La violence au sein de la famille, en milieu scolaire et la criminalité dans le pays en général ?
Comment allez-vous renforcer la démocratie, la rendre encore plus démocratique ? Allez-vous introduite, dès le début, une loi sur la libéralisé à l’information-une Freedom of Information Act ? Une télévision privée ?

Bref, beaucoup de défis, de « challenges » qui attendent le pays et la population ?
Il est vrai que le Mouvement Citoyen mené par Bruno Laurette est parvenu, jusqu’ici, à garder une certaine distance et une indépendance totale par rapport aux partis politiques, traditionnels ou pas. Mais attention ! À trop vouloir surveiller les politiciens, vous risquez de laisser ouvertes des portes, des fenêtres et même des impostes… pour des opportunistes supposément apolitiques, mais qui at the end of the day, ne seront pas mieux que les autres.

Habib Mosaheb


• La version française de notre éditorial diffusé dans notre émission Kozé Do Mo Pep, ce dimanche 20 septembre.