« Il gère le Macoss comme s’il s’agissait de sa propriété personnelle », soutient Radhakrishna Sadien. Le syndicaliste, qui fait partie des onze membres du comité exécutif à avoir été expulsés en février dernier, allègue que seules les ONGs qui sont sous son contrôle restent au sein de l’organisme. Selon Radhakrishna Sadien, environ 280 associations sur un total de 350 ont quitté ou ont été expulsées du Macoss. Il déplore la façon dont l’argent du gouvernement est utilisé par le Macoss.

Article précédent« L’histoire retiendra que ce gouvernement a battu tous les records concernant la dépréciation de la roupie », affirme Reza Uteem
Article suivantLa fonction « Glisser/Déposer » de Chrome va enfin être améliorée