Ce que je disais, il y a à peine 24 heures, se profile déjà à l’horizon. Le Budget 2020-21 vient de tuer encore plus la compétitivité de Maurice. L’exode et la fermeture de ce qui reste de notre industrie manufacturière et notre secteur BPO vont s’accélérer, surtout parmi les compagnies internationales installées sur notre sol.

Au lieu de venir avec des incitations pour stimuler l’activité économique et l’emploi, on surtaxe les entreprises et les individus pour combler les déficits. Cela relève d’une méconnaissance des effets macroéconomiques. C’est l’amateurisme à l’état pur ! C’est jouer à l’apprenti sorcier ! Le pays est retourné 50 ans en arrière. Pire, cette fois nous allons tomber de haut alors que dans les années 70, nous étions au plus bas et avions tout devant nous.

Ce n’est pas tout ! Comme on ne sait pas comment résoudre le problème de natalité et de décroissance de la population, ce qui plombe le fonds de pension, on donne toutes sortes d’incitations aux étrangers pour venir s’installer chez nous avec leur famille. Et on ne parle plus de vendre le passeport mauricien aux étrangers, mais on baisse le seuil d’investissement à 50 000 dollars américains pour devenir résident et on réduit la durée requise pour obtenir la citoyenneté mauricienne. Mieux, on plafonne la taxe à 20% pour ces étrangers et en revanche, on augmente à plus de 40% la taxe des ressortissants mauriciens qui rentrent au pays pour contribuer à notre développement.

Le tout un cocktail pour pousser nos investisseurs et nos compatriotes à l’exode.

Stimuler la natalité, c’est justement inciter les Mauriciens qui gagnent bien leur vie à élargir leur famille. On aurait pu, par exemple, pour cette catégorie de citoyens, alléger la fiscalité à mesure que leur famille grandit. Et ainsi, les inciter à avoir plus d’enfants. Dans les années 70, pour éviter la surpopulation et le chômage dans une île Maurice déjà très pauvre, l’action a été d’éviter d’avoir plus de trois enfants. Aujourd’hui, cela aurait dû être l’inverse. On aurait dû inciter ceux qui le peuvent à avoir un troisième, voire un quatrième enfant et non inciter les étrangers à venir augmenter notre population pour régler le problème de baisse de natalité.

Le pire cauchemar est à venir malheureusement, avec une bande d’idiots et d’apprentis sorciers entre les mains de qui une minorité de la population ont confié le pays.

Prions !

Balkrishna Kaunhye
06 juin 2020

Balkrishna Kaunhye

Follow : Balkrishna Kaunhye on