Peu d’éclaircissements ont transpiré hier lors d’une PQ adressée au ministre des Affaires étrangères, Nando Bodha, concernant les Mauriciens bloqués à l’étranger. Il a uniquement affirmé que le rapatriement pourrait être effectué qu’en fonction des facilités dans les centres de quarantaine à Maurice et qu’il faudrait empêcher une deuxième vague du coronavirus à Maurice.

Pas plus de précisions ainsi pour ces milliers de Mauriciens bloqués à l’étranger depuis presque deux mois, dont plusieurs se retrouvent dans de réelles difficultés.

L’homme de loi, Fezal Boodhoo, qui est bloqué en Malaisie actuellement, qualifie le discours du ministre Bodha au Parlement de décevant et parle même de bluff. Il soutient que la réalité est tout autre, contrairement à ce qui est avancé.

Me. Fezal Boodhoo affirme qu’il y aura une plainte qui sera logée contre l’État par les Mauriciens qui sont bloqués à l’étranger et qui ont été privés d’un droit de retour au pays. L’homme de loi avance toutefois qu’il est malheureux que c’est l’État qui devra en payer les conséquences et non les individus responsables de ces actions et qui ont pris ces décisions.

C’était dans l’émission Zoom Extra hier.

Article précédentPourquoi les prix des carburants n’ont pas été revus à la baisse : « très peu de vente durant le couvre-feu sanitaire, les revenus ont chuté’, la réponse étonnante du ministre Yogida Sawmynaden
Article suivantPaul Bérenger réitère son souhait pour un déconfinement