En ce 3 mai, le monde observe la journée de la liberté de la presse. Celle-ci a été instaurée par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 1993.
Pour le député mauve Reza Uteem, ce fut un grand avancement quand les radios privées ont pu opérer à Maurice. Les Mauriciens, dit-il, ont eu l’occasion de s’exprimer.

Toutefois, il dénonce la façon de faire de la Mauritius Broadcasting Corporation qui est, selon lui, devenu un outil de propagande gouvernementale. Reza Uteem déplore le fait que la station nationale enfreigne la MBC Act en n’assurant pas une couverture adéquate aux partis politiques. Pourquoi dans ce cas l’Independent Broadcasting Authority ne prend-t-elle pas de sanctions ? C’est la question que pose Reza Uteem qui rappelle que cette institution a trouvé le moyen de suspendre la radio TOP FM pour deux jours.

Pour rappel, l’IBA avait suspendu, pour 48 heures, la licence de TOP FM du 04 au 06 avril. La raison… la diffusion du compte-rendu de la Private Notice Question du 6 août 2019 sur l’octroi de permis à deux nouvelles radios.

Article précédentJournée mondiale de la presse : ‘Mo pensé ki la presse bizin ferr zot auto-critique d’abord’, affirme Jack Bizlall
Article suivantA Nouvelle France : Un enfant de 5 ans se retrouve dans un seau d’eau bouillante